« HEUREUX COMME DIEU EN FRANCE »

« HEUREUX COMME DIEU EN FRANCE »

Dans l'entre-deux-guerres, les Juifs fuyant les persécutions dans leurs pays choisissent la France comme terre d'asile. Et y recréentleur Yiddishland.

« Un pays qui se déchire, qui se divise pour sauver l'honneur d'un petit officier juif, c'est un pays où il faut rapidement aller. » Pour les Juifs, victimes de la misère et des persécutions antisémites dans leurs pays, l'assertion du grand-père d'Emmanuel Levinas a valeur de vérité. Le pays qui les a émancipés en 1791, et qui a réhabilité Dreyfus, attire près de 200 000 Juifs entre 1918 et 1939. Les Polonais, les Russes, les Hongrois et les Roumains représentent plus de la moitié de ces immigrés.

À Paris - où s'établissent 80 % d'entre eux -, le Marais, appelé le Pleztl (« petite place » en yiddish), regroupe les Juifs d'Europe centrale et orientale. Le quartier fait office de bourse du travail et de centre religieux. Les Juifs plus politisés se regroupent entre Belleville et République ; le quartier de la Roquette (entre Bastille et Voltaire) est, lui, peuplé de Juifs orientaux. Partout, on maintient la culture et la religion d'origine. Près de 130 revues en yiddis ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

À ne pas manquer !

En kiosque

En kiosque

En kiosque


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter