À LA RECHERCHE DES ARCHIVES NAZIES

À LA RECHERCHE DES ARCHIVES NAZIES

Durant l'été 1944, une course de vitesse est lancée entre les Allemands en retraite et les services secrets français. L'objectif ? Des tonnes de documents confidentiels...

À la veille de la Libération, les services de la France libre s'intéressent de très près au sort des documents produits par les autorités allemandes. Quelques-uns prouvant l'implication de Français dans la politique collaborationniste ont déjà été interceptés et transmis aux services de la Direction générale des services spéciaux (DGSS) à Londres et Alger. Ces services comptent bien profiter de la libération pour mettre la main sur des archives compromettantes et accumuler ainsi des preuves de la collusion de certains Français avec l'occupant.

Après le débarquement en Normandie, les cibles prioritaires sont les administrations des forces occupantes de la capitale. Les Allemands cherchent de leur côté à mettre leurs archives à l'abri. Devant l'avancée des Alliés, l'ordre est donné le 1er août 1944 d'évacuer l'état-major de la capitale. Des bus de transports parisiens réquisitionnés sont chargés de caisses d'archives alors que des liasses de documents sont brûlées dans les cour ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter