L’Institut de France à l’heure solaire

L’Institut de France à l’heure solaire

C’est à l’occasion du 350e anniversaire de l’Académie des Sciences qu’un nouveau cadran solaire a été inauguré, le 21 juin dernier, dans la cour d’honneur de l’Institut de France, quai de Conti, à Paris.  

L'objet  a été recréé de toutes pièces car il y avait jadis deux cadrans dans cette cour, comme l’indique un livre de dépense daté de 1676 et conservé aux archives nationales. Ce témoin des âges anciens précise en effet que deux cadrans y étaient originairement disposés : l’un dans l’angle nord-ouest indiquant les heures du matin et un second dans l’angle nord-est pour les heures de l’après-midi. Cependant un évènement, dont la date et la nature restent inconnues, a entraîné la disparition du second cadran, emportant avec lui la cohérence esthétique de l’ensemble. C’est pourquoi un travail de reconstruction a été enclenché sous la direction de l’architecte en chef des monuments historique Pierre Antoine Gatier. En suivant le dessin du cadran toujours en place, le nouveau a été refait avec l’ajout d’une courbe en huit, symbole de l’écart entre le temps vrai et le temps moyen. Profitant des quatre semaines de travaux qui ont été requise pour mener à bien cette réalisation, l’Académie des inscriptions et belles-lettres en a profité pour y apposer une citation latine approprié : Sol maturat fructus Minervae, « le soleil mûrit les fruits de Minerve ».

Aurélien Monségu

Visuel : © Institut de France

À ne pas manquer !

En kiosque

En kiosque

En kiosque


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter