Les exils éternels du Goulag

Les exils éternels du Goulag

Il aura fallu tendre beaucoup l'oreille en 2018 pour savoir que l'on commémorait l'année anniversaire d'Alexandre Soljenitsyne. Un double anniversaire à bien y regarder : celui de sa naissance, en 1918, mais aussi celui de sa mort, en 2008. L'anniversaire de l'Homme-livre, celui des trois tomes de L'Archipel du Goulag, qui déchiquetait les rouages des carnages totalitaires soviétiques. Ce monde de l'envers des promesses radieuses, qui commence avec Lénine et s'achève un peu après la mort de Staline en 1953.

On aurait pu attendre un peu plus d'un pays où, lors du procès Kravchenko à Paris, en 1949, un avocat français lâcha cette réplique hallucinante, après le témoignage d'une déportée décrivant son camp perdu dans la taïga : « Il n'y a pas de mur ? Ce n'est donc pas un camp au sens français du terme ! ». Au sens français du terme, le « totalitarisme communiste » fut longtemps un oxymore. Sait-on d'ailleurs que, malgré les efforts de Claude Durand (l'éditeur ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter