Attention, chasse gardée !

Attention, chasse gardée !

Réduction du coût du permis, démission de Nicolas Hulot... L'actualité rappelle le poids des chasseurs, qui font de la France le premier pays européen en la matière.

Visuel : Détail d'une assiette commandée par Louis XVIII à la manufacture de Sèvres pour le duc de Berry ©De Agostini/Leemage

«La chasse détourne du labourage et du commerce et rend fainéants les vilains. » C'est ainsi que l'ordonnance de 1396 pris par Charles VI fait du droit de chasse une prérogative royale qu'il délègue désormais à la noblesse et aux seigneurs haut justiciers.

Sous l'Ancien Régime, la situation demeure inchangée, avec quelques exceptions toutefois. Ainsi, dans les provinces frontalières, les habitants ont droit de posséder des armes en cas d'invasion et donc de chasser. La chasse devient un enjeu de conflit entre nobles et paysans. Même si la chasse sur les terres ensemencées est interdite, les dégâts causés aux récoltes, rarement punis, exaspèrent les paysans. Un droit cristallise les rancoeurs : celui de garenne, une réserve que le seigneur instaure sur sa terre, où le gibier se reproduit avant d'être relâché.

À l'arrêt ou pas

La Révolution marque un tournant. La nuit du 4 août 1789, le droit de chasse est aboli avec les autres privilèges. Mais dè ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

En kiosque


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter