AU BONHEUR DES DAMES, DES MESSIEURS ET DE L'EMPIRE

AU BONHEUR DES DAMES, DES MESSIEURS ET DE L'EMPIRE

1852-1870... Un règne longtemps marqué du sceau de l'infamie. On évalue désormais plus positivement la France de Napoléon III. En voici le témoignage.

Un terrible avertissement en préambule : Les ruines du palais des Tuileries, par Ernest Meissonnier... Du Second Empire, on ne sait en général que la chute, les fulminations d'Hugo, les anathèmes de Zola et les crinolines !

Pour son trentième anniversaire, le musée d'Orsay, repoussant les spectres de la défaite et les débats encore très vifs des historiens sur cette période, a décidé de faire la fête. Dans les résidences impériales, dont les Tuileries - enfin reliées au Louvre - constituent la vitrine officielle du règne, elle bat son plein sous la houlette d'un couple impérial en quête de légitimité historique et qui fait feu de tout bois pour entraîner l'adhésion populaire à un régime né d'un coup de force. Cérémonies officielles, religieuses ou civiles, parades militaires, bals, spectacles en tout genre, tout est luxe, profusion, ostentation.

Luxe et volupté

450 oeuvres en témoignent avec éclat : d ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter