AU COEUR DE LA RIVIERA ROMAINE

AU COEUR DE LA RIVIERA ROMAINE

La région est - déjà - un lieu de villégiature idéal pour les Romains aisés. Mais ces rivages ne sont pas dépourvus d'ambiguïtés : terre de tous les plaisirs, la Campanie est aussi celle de tous les excès.

Au cours du Ier siècle avant notre ère, les domaines sénatoriaux qui exploitaient ces terres volcaniques fertiles se doublent de résidences de plaisance où les membres de l'aristocratie romaine, fuyant le tumulte des obligations civiques, trouvent un cadre de vie luxueux et une certaine liberté de comportement. Tous possèdent dans la région une, voire plusieurs résidences : le richissime Lucullus en détient deux ; Q. Hortensius, le consul de l'année 69 av. J.-C., choisit Baules, alors que Cicéron est propriétaire de trois villas, à Pompéi, Pouzzoles et Cumes. En 59 apr. J.-C., Néron, qui séjourne à Baïes, tente de tuer sa mère, Agrippine, en la faisant raccompagner dans sa villa de Baules dans un bateau « saboté » à dessein, mais elle parvient à regagner la rive... Ainsi, les plus hauts représentants de l'État romain se retrouvent dans leurs propriétés de Campanie, qui devient une annexe de Rome, le double mondain de la capitale. Fait de banquets et de réceptions, d ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter