Au musée d'Orsay, les « filles » en toile de fond

Au musée d'Orsay, les « filles » en toile de fond

L'exposition « Splendeurs et misères », qui se tient jusqu'au 17 janvier, retrace les différents aspects du commerce du sexe au XIXe siècle. Un regard socioculturel sur ce monde interlope.

À L'AFFÛT

Ces Femmes devant un café (1877) - en l'occurrence, dans le quartier de Montmartre -, d'Edgar Degas, vêtues comme des « femmes honnêtes », attendent le chaland. Les boulevards élargis par les travaux du baron Haussmann et l'éclairage urbain leur offrent un nouvel espace de conquête.

DÉSIRS

Manet esquisse à la mine de plomb cette Étude pour la femme au café en 1880. Une jupe rouge relevée dévoile des jambes nues, le pied serré jusqu'au mollet dans une bottine se dresse comme une invitation. La frontière entre les « filles » et les « femmes honnêtes » tient à ces quelques détails.

EXTRAS

La Serveuse de bocks (1878 ou 1879), d'Édouard Manet, est une allusion au sort de certaines employées de taverne obligées de faire commerce de leur corps pour joindre les deux bouts.

SUR LE VIF

...
Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter