AUX SOURCES DE SPARTE

AUX SOURCES DE SPARTE

Sparte. Le nom seul suffit à évoquer une cité, rivale d'Athènes, où le militaire l'emporte sur le civil. Nicolas Richer démonte ce préjugé et un certain nombre d'autres, souvent associés à l'histoire méconnue des Spartiates. Cette opacité a d'ailleurs été entretenue dès l'Antiquité par les habitants de Sparte eux-mêmes pour des raisons de prudence stratégique. En se fondant sur les textes des auteurs antiques ainsi que sur les rares traces laissées par cette civilisation austère - qui n'utilisait que très peu la pierre pour ses constructions -, il brosse un tableau riche et complexe de leur univers. En premier lieu, l'auteur souligne un fait essentiel, souvent oublié : Sparte doit d'abord être considérée comme une cité grecque en Grèce, et sa culture est proche de celle des Grecs de l'Antiquité. Sa spécificité réside dans son fonctionnement collectif, très coercitif, son culte des héros et son évolution constante, politique, militaire, sociale et artistique, au fil des siècles. Ces ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter