Calek

Calek

Une lecture ? Ce n'est pas du théâtre, direz-vous. Que nenni ! Directeur du Théâtre Liberté, Charles Berling a coutume de pratiquer une programmation exigeante. Aussi, quand un grand connaisseur de la Shoah lui fait découvrir le journal de Calek Perechodnik (ancien membre de la police juive) en lui demandant d'en faire l'adaptation, il découvre un récit insoutenable et inévitable - d'autant plus inévitable à la lumière des récents événements.

Calek, né le 8 septembre 1916, s'est installé à Varsovie en 1937, près d'une communauté juive de 14 000 âmes. Quand, le 1er décembre 1940, sa famille doit s'entasser dans le ghetto, il s'engage dans la police juive. Deux ans plus tard, lors de « l'Action de liquidation », sa femme et sa fille sont déportées, comme 8 000 Juifs de la ville d'Otwock, où ils résident. Comment survivre à cela ? Comment être l'un des survivants du ghetto ? Cet homme brisé par le nazisme se tait. Mais, en mai 1943, il commence à écrire son journal, un exutoire ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter