La révolution de 1848 vue par Victor Hugo

La révolution de 1848 vue par Victor Hugo

Il y a cent soixante-dix ans éclatait à Paris l'insurrection qui devait coûter son trône à Louis-Philippe et accoucher de l'éphémère IIe République. Au coeur de ces événements, un « reporter » de choix : l'auteur de La Légendes des siècles.

Pour l'année 1847, le Journal de Victor Hugo - repris en partie dans Choses vues - s'achève par la disparition de Madame Adélaïde, la soeur, la confidente du roi Louis-Philippe. « Presque tous les matins, raconte l'écrivain, le roi avait une longue causerie, la plupart du temps politique, avec Madame Adélaïde. Il la consultait sur tout, et ne faisait rien de très grave contre son avis. [...] Je souffrais de le voir pleurer. On sentait que c'étaient là de vrais sanglots venant du fond même de l'homme. » Car, bien que certains veuillent l'oublier, celui qui, vers la fin de sa vie, s'imposera comme le défenseur le plus ardent de la République a bel et bien été, sou ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter