CATHERINE SFORZA. TOUCHES-Y SI TU L'OSES !

CATHERINE SFORZA. TOUCHES-Y SI TU L'OSES !

Sa bravoure impressionne lorsqu'elle se retrouve assiégée par les armées de César Borgia. Et bon sang ne saurait mentir, car c'est celui du duc de Milan qui coule dans ses veines.

ans une Italie éclatée en cités-États, la question de la place des femmes en politique n'a guère de sens et, en tout cas, n'est jamais théorisée : tout au plus commence-t-on, depuis Boccace, à s'intéresser aux « femmes illustres » (De mulieribus claris, 1374), fameuses pour leurs hauts faits parfois comparables, s'étonne-t-on, à ceux des hommes (lire p. 77) ! Quand il leur échoit une parcelle de pouvoir, ce n'est donc qu'à la faveur de ruptures dans un système qui ne prévoit jamais leur accession aux conseils (pour les républiques) et encore moins au trône (pour les principautés). La vie de Catherine Sforza - telle qu'elle nous est rapportée par les chroniqueurs, sous la forme d'une succession d'épreuves et d'exploits - illustre parfaitement cette conception de l'histoire héroïque, appliquée à certaines vies féminines considérées comme exemplaires.

Née en 1463 des amours illégitimes de Galeazzo Maria Sforza, duc de Milan, et de Lucrezia, épouse du comte Land ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter