Ceccano, les fastes d'un cardinal au service du savoir

Ceccano, les fastes d'un cardinal au service du savoir

Ouverte depuis 1983, la plus grande bibliothèque de la cité papale abrite un luxueux décor élaboré au XIVe siècle pour un prince de l'Église amoureux du beau.

« C'est un lieu unique en son genre, une bibliothèque au milieu d'un décor médiéval éblouissant. » Derrière ces mots élogieux, Claudie Gallay, auteur des Déferlantes. Lorsqu'elle officiait en tant qu'institutrice à Avignon, la romancière à succès était une inconditionnelle de la médiathèque Ceccano. On la comprend. Dans cet antre du XIVe siècle, niché en plein centre-ville, on vient pour une multitude de raisons. Aux beaux jours, par exemple, il est plaisant de s'asseoir sur un banc dans le jardin ombragé, entre les oliviers et le puits. Un coin de fraîcheur bienvenu, dans la chaleur estivale, idéal pour bouquiner à ciel ouvert. Mais demeurer à l'extérieur de cet édifice de 4 300 m2 serait de toute évidence une erreur. Car c'est bien en pénétrant dans ce qui fut l'hôtel particulier (reconnaissable à ses créneaux sur le toit) du cardinal Annibal de Ceccano (v. 1282-1350) que le feu d'artifice débute véritablement. Sur les murs, aux plafonds, difficile en effet d'éviter le to ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter