Crosswind - La croisée des vents

Crosswind - La croisée des vents

Des images figées pour raconter l'horreur du plan d'épuration ethnique orchestré par Staline dans les pays Baltes, en 1941. Une bande-son sereine, sans coup de feu, sans hurlements qui intensifient la barbarie. Tel est le pari audacieux de Crosswind, un film en noir et blanc, surprenant par sa forme mais qui prend aux tripes.

Les premières minutes sont idylliques. Erna et Heldur vivent heureux avec leur jeune enfant en Estonie. Une semaine avant l'invasion des pays Baltes par l'Armée rouge, le 14 juin 1940, comme plus de 40 000 citoyens originaires de leur pays, de Lettonie et de Lituanie, ils sont déportés en Sibérie. Dès cet instant, le long métrage bascule en une succession ininterrompue de tableaux vivants. Le temps s'arrête, les acteurs sont immobiles. Seule la caméra circule, sans empressement, pour bien imprégner notre regard. Une voix off, celle d'Erna, entrecoupée de musique, raconte les wagons à bestiaux, l'oppression, la faim... le viol. Autant de mots ex ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter