Dans le brasier des Enfers

Dans le brasier des Enfers

Contrée lugubre et stérile, le royaume des Ombres est un point de non-retour. Sauf pour quelques héros qui, par amour ou par défi, s'y sont aventurés, au risque d'y demeurer à jamais.

Où que vous soyez, dans la Grèce ancienne, les Enfers ne sont jamais bien loin. En certains endroits, ils sont même là, sous vos pieds : près de l'actuelle ville d'Arta, ils affleurent en un sanctuaire reculé, le Nekromanteion, où l'on peut directement solliciter les avis et oracles des morts. Et plus au sud, au cap Ténare, à l'extrémité du Péloponnèse, ces Enfers s'ouvrent franchement sur le monde des hommes. Pas de quoi, pourtant, fluidifier la communication entre les vivants et les morts : quand un simple mortel franchit le Styx, l'un des cinq fleuves qui en marquent la frontière, c'est pour un voyage sans retour.

Dans l'univers du mythe, la descente aux Enfers, ou catabase (du grec kata, « vers le bas », et baïno, « aller »), est donc réservée aux dieux ainsi qu'aux héros. Même pour eux, d'ailleurs, il est dangereux de plaisanter avec cette périlleuse descente : Pirithoos, ami de Thésée (le fondateur d'Athènes), en fait la cuisante expér ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter