DANSEUSES MAROCAINES. LA DANSE AUX MOUCHOIRS 1849,

DANSEUSES MAROCAINES. LA DANSE AUX MOUCHOIRS 1849,

Invité à se rendre en Algérie, le jeune peintre découvre de nouvelles harmonies de couleurs et une sensibilité exacerbée au mouvement.

Les femmes. Elles portent un costume typique de Constantine, réservé aux femmes maures et aux Juives. Il est reconnaissable à la ligne verticale qui coupe le vêtement en deux parties vivement colorées. Ces notes de couleur attirent le regard et détachent les danseuses du fond, plus neutre. Une manière pour Chassériau de focaliser notre regard sur son sujet.

Le décor. C'est une école visitée puis dessinée ultérieurement par le peintre. Mais, dans le souci d'équilibrer sa composition, Chassériau réalise un collage entre deux endroits différents. Un procédé fréquent chez les orientalistes, qui peignent leurs tableaux en atelier à leur retour de voyage. Une apparence de réalité, un demi-mensonge !

La danse. Ce thème permet à Chassériau de suggérer le mouvement par la torsion des corps et le rythme des mouchoirs que l'on agite. Cette danse consiste à avancer l'une vers l'autre en sautillant, puis à se croiser, en tenant à la main de ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter