DES CONSEILLERS QUI LUI VEULENT DU BIEN

DES CONSEILLERS QUI LUI VEULENT DU BIEN

Aÿ, l'influent vizir, et Horemheb, le général victorieux, guettent avec impatience le moment où mourra, malade et sans enfants, le jeune roi...

Après dix ans de règne mais sans avoir atteint la vingtaine, Toutânkhamon meurt, selon toute vraisemblance des suites d'une infection osseuse, elle-même consécutive d'une fracture au genou. Si la santé fragile du jeune homme, né avec un pied bot et porteur du paludisme, ne présageait pas un record de longévité, son décès est prématuré : la tombe du roi n'est pas terminée et il faut en aménager une autre à la hâte. Sa dépouille, confiée aux embaumeurs, est momifiée, pendant qu'on rassemble son mobilier funéraire, constitué de milliers d'objets plus précieux les uns que les autres. Deux mois plus tard, Toutânkhamon est amené en grande pompe jusqu'à sa dernière demeure, dans la Vallée des Rois. Là, devant les plus importants membres de la cour, le vizir Aÿ exécute les gestes du « rituel de l'ouverture de la bouche » sur la dépouille royale, rendant ainsi au défunt l'usage de ses sens. Par cet acte - qu'il fait représenter dans la tombe de Toutânkhamon (illustr. pa ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

Toujours en kiosque


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter