DES SOLDATS ET DES PRINCIPES

DES SOLDATS ET DES PRINCIPES

La société lacédémonienne impose un contrôle sur tous ses membres, libres ou esclaves, enfants ou vieillards. Vie publique et vie privée sont mises au service de la communauté - ce que n'ont pas réussi à faire les autres cités grecques...

Sparte, comme dans les autres cités du monde grec, la société est cloisonnée en fonction de principes d'exclusion des individus, répartis selon leur statut et leur sexe. Fortement hiérarchisée et profondément inégalitaire, la communauté spartiate est tournée vers une activité essentielle qui la structure : la guerre. La figure dominante est celle du soldat : il appartient à la minorité des citoyens qui dirige la cité et donne sa vie pour la défendre. Les autres catégories d'individus, majoritaires en nombre, sont des dépendants, disposant de droits et de devoirs plus ou moins contraignants et au service de la classe dominante.

Les guerriers spartiates sont nommés homoioi, les « semblables ». Ils sont identiques par leur filiation (nés de parents spartiates unis légitimement), leur statut de citoyen, la jouissance de droits économiques (ils sont propriétaires terriens) et politiques, mais aussi par une apparence singulière et une résistance peu commune. Reconnaissable ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter