DES TUEURS-NÉS

DES TUEURS-NÉS

Les Grecs, au premier rang desquels les Athéniens, développent des navires alliant puissance et rapidité. Ainsi de cette trière, formidable machine de guerre, aussi efficace que coûteuse.

L'ARME FATALE

La trière de guerre était constituée d'un ou de deux mâts. Grande innovation : grâce à son gréement unique, les manoeuvres pouvaient être contrôlées directement du pont.

FORCE ET VITESSE

Les voiles carrées étaient tissées de lin, comme le reste du cordage, ce qui permettait d'atteindre une vitesse de neuf noeuds. En prévision des batailles, les marins pouvaient déferler les voiles puis démâter le navire. Enfin, de plus petits navires utilisaient des voiles auriques (quadrangulaires et non symétriques).

170 FIERS-À-BRAS

Si la birème utilisait deux rangées de rameurs, la trière demandait jusqu'à 170 rameurs, assis sur trois rangées de bancs. Sur celle du haut, les thranites. Les zygites et les thalamites composaient la majorité de l'équipage du navire, à moins que des hoplites remplacent les derniers lors d'un transport militaire.

DU BOIS DONT ON FAIT LES HÉROS...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter