Du courage et du coeur

Du courage et du coeur

NIÈCE DU GÉNÉRAL, ELLE REJOINT TRÈS TÔT LA RÉSISTANCE. DÉPORTÉE EN 1944, ELLE RESSORT DES CAMPS ANIMÉE DE LA VOLONTÉ D'AIDER SES PROCHAINS. LA FRANCE L'HONORE AUJOURD'HUI EN TRANSFÉRANT SES CENDRES AU PANTHÉON.

Le 30 janvier 1944 au matin, un officier allemand fait l'appel avant que les mille femmes, conduites à la gare de Compiègne, ne montent dans des wagons à bestiaux à destination de l'Allemagne. Lorsqu'il est prononcé, le nom de Geneviève de Gaulle est salué par un concert de cris et d'applaudissements. De la prison de Fresnes, la nièce du général de Gaulle a conservé une pipe, cadeau de ses compagnes de détention. C'est donc la pipe au bec que cette jeune fille de bonne famille, brune aux yeux noisette, menue, de taille moyenne, et au profil très gaullien, passe devant les officiers allemands. Comme ses camarades, elle est habitée par l'idée de ne pas subir l'humiliation. Il ne s'agit pas de fanfaronner, mais de montrer sa force d'âme et de porter bien haut, comme une bannière, son patronyme, synonyme du combat livré par la France libre contre le nazisme. Pour les membres de ce convoi des « 27 000 » - du nom de la série de matricule que recevront ces déportées frança ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter