DU DOMAINE ROYAL À LA MISSION MONDIALE

DU DOMAINE ROYAL À LA MISSION MONDIALE

Au XVIIIe siècle, le roi de Naples veille jalousement sur le secret des chantiers de Pompéi. L'occupation française, en 1806, mettra fin à ce veto. Depuis, des chercheurs de tous les pays se pressent sur le site.

Dix ans après la découverte d'Herculanum, les fouilles de Pompéi débutent en 1748, sous l'égide du roi d'Espagne, de Naples et de Sicile Charles III de Bourbon (1716-1788). Le site n'est pas encore identifié ; seule la mémoire de son identité urbaine a été conservée, sous la dénomination de Civita, la « Cité ». Ces premières excavations sont engagées de façon discontinue, sans plan directeur. Menées par des ingénieurs militaires, elles ne sont pas sans danger : des puits de descente et d'aération sont forés dans la couche éruptive et communiquent avec des tunnels étroits, les cuniculi, qui permettent l'exploration des vestiges et le prélèvement des objets les plus précieux : peintures, mosaïques, statues, petit mobilier, monnaies, inscriptions et placages de marbre remontent à la surface. Une technique qui relève davantage des galeries minières, au service d'un dessein majeur : enrichir les collections royales, qui assurent à Charles de Bourbon une ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter