Du paradis des chasseurs à l'enfer des cités-États

Du paradis des chasseurs à l'enfer des cités-États

Il n'y a que les Anglo-Saxons pour avoir le culot de labourer les millénaires les plus obscurs (de 6500 à 1600 avant notre ère) pour en bouleverser l'approche traditionnelle. À la manoeuvre, l'Américain James C. Scott, professeur à l'université Yale. Après avoir mouliné nos connaissances (très) fragmentaires des civilisations mésopotamiennes, il balaie les (trop) logiques causalités économiques qui font se suivre l'agriculture, la sédentarité puis les cités-États : « On considérait souvent que les premiers États et civilisations possédaient une force d'attraction irrésistible, tels des aimants, sur des populations captivées par leur luxe, leur culture et leurs opportunités. En réalité, c'est seulement par le biais de diverses formes de servitude que les premiers États ont réussi à capturer et à fixer une bonne partie de leurs populations. ». L'intuition centrale de l'auteur : les temps préétatiques, considérés comme « barbares », ont sans doute été, pour le plus grand nombre, un « ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

À ne pas manquer !

En kiosque

En kiosque

En kiosque


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter