ET KENELM DIGBY MIT LE VIN EN BOUTEILLE

ET KENELM DIGBY MIT LE VIN EN BOUTEILLE

Au XVIIe siècle, grâce à cet Anglais, les crus cessent de virer à la piquette.

Avant l'invention des techniques de soufrage, le casse-tête des marchands et négociants en vin consistait à écouler leur marchandise le plus rapidement possible avant qu'elle ne tourne au vinaigre. Au contact de l'air, les bactéries contenues dans le vin ont en effet la fâcheuse tendance à transformer le jus de la treille en une imbuvable piquette. Sous l'effet dopant de l'oxygène, Acetobacter aceti , la plus redoutable d'entre elles, donne de l'acide acétique. Raison pour laquelle les marchands veillaient à ce que leurs foudres de vin soient toujours parfaitement remplis - procédure dite de « ouillage » - afin de diminuer le contact du liquide avec l'air. Autant dire que l'apparition, au XVIIe siècle, de la bouteille allait provoquer une révolution dans le développement et le commerce du vin. Versé dans une bouteille hermétiquement bouchée, celui-ci se conserve en effet plus longtemps. Mais durant des décennies, les flacons restèrent à la fois fragiles et encombra ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter