Harkis : une mémoire à vif

Harkis : une mémoire à vif

Le président de la République dévoile en décembre son « geste mémoriel » envers les 150 000 combattants algériens de l'armée française. Un hommage symbolique fort - et attendu.

Le 25 septembre dernier, à l'occasion de la Journée nationale d'hommage aux harkis et autres membres des formations supplétives, le président de la République, Emmanuel Macron, a élevé dans l'ordre de la Légion d'honneur une vingtaine de harkis et leurs enfants. Les harkis faisaient partie des 180 000 supplétifs de l'armée française. Leur nom vient de harka , qui signifie « troupe en mouvement ». Progressivement, harki est devenu un terme générique pour désigner les Algériens du camp français.

À l'indépendance, ceux-ci ont été abandonnés par l'armée française. Ils ont fait l'objet de massacres et ont été détenus en Algérie. Là-bas, le terme harki désigne un « traître » ou un « collaborateur », même si ceux qui sont restés vivre en Algérie sont désormais intégrés socialement.

La décision du président de la République de décorer d'anciens harkis et certains de leurs enfants est intervenue après sa déclaration du 13 septemb ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter