IL FAIT DÉBAT

IL FAIT DÉBAT

Deux historiens, spécialistes des guerres de Religion, ont disséqué l'ouvrage d'Éric Denimal, La Saint-Barthélemy Ixelles éditions, 288 p, 18,60 E. Et en tirent des conclusions bien différentes.

Nicolas Le Roux

" IL NE TIENT PAS COMPTE DES APPORTS RÉCENTS "

Les connaissances sur les guerres de Religion ont été considérablement renouvelées depuis une vingtaine d'années. Les massacres de la Saint-Barthélemy ont particulièrement mobilisé l'attention. Denis Crouzet a proposé une réflexion passionnante sur les conceptions du pouvoir en ces temps de crise et sur les rites de violence La Nuit de la Saint-Barthélemy. Un rêve perdu de la Renaissance, rééd. Pluriel, tandis qu'Arlette Jouanna examinait les causes possibles des massacres La Saint-Barthélemy. Les mystères d'un crime d'État, Gallimard. Le livre d'Éric Denimal ne tient absolument pas compte de ces apports. Il se contente d'un récit des atrocités. Catherine de Médicis, « la Florentine », y apparaît comme une « disciple de Machiavel » prête à tout pour gouverner. Le roi Charles IX est évidemment faible et cruel. Les ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter