Il y a huit cents ans disparaissait Innocent III

Il y a huit cents ans disparaissait Innocent III

Habile, opiniâtre, ambitieux. À maints égards, il est considéré comme le pape le plus brillant du Moyen Âge, si ce n'est de l'Histoire. Et ce n'est pas un hasard si l'Occident chrétien connut son acmé à l'issue de son pontificat, au siècle de Saint Louis. Rien ne prédestinait Lotario di Segni au trône de Saint-Pierre. Ayant étudié la théologie à Rome, à Paris et à Bologne, ce cardinal-diacre n'a jamais reçu le sacerdoce et n'est donc pas prêtre. Il est pourtant élu le 8 janvier 1198, à seulement 37 ans, par un conclave qui voit en lui l'homme de la situation. Ébranlée par la longue querelle des Investitures, la papauté fait face à l'affermissement des nations. Appelant la « République chrétienne et universelle » de ses voeux, le nouveau pontife impose l'ordre institutionnel, subordonnant le pouvoir ( potestas ) à l'autorité ( auctoritas ). « De même que la Lune reçoit sa lumière du Soleil, de même la dignité royale n'est qu'un reflet de la dignité pontificale », ar ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter