ISABELLE D'ESTE. MAIN DE FER ET GANT DE VELOURS

ISABELLE D'ESTE. MAIN DE FER ET GANT DE VELOURS

Entre appétit français et ambition des Borgia, la marquise a fort à faire. Heureusement pour sa famille, elle ne manque pas de ressources et est dépourvue de tout scrupule...

ille du duc de Ferrare Hercule Ier d'Este et d'Éléonore d'Aragon, Isabelle d'Este (1474-1539) est très tôt initiée à la politique par son éducation. Mais c'est avant tout son mariage avec le marquis de Mantoue, François II de Gonzague, qui l'installe comme femme de pouvoir. Leur mutuelle affection permet à Isabelle d'administrer le marquisat en l'absence de son mari et, surtout, de développer une diplomatie subtile au moment où éclatent les guerres d'Italie. À la fin de l'été 1494, le roi de France Charles VIII entre dans la péninsule afin de conquérir Naples. François de Gonzague prend alors la tête d'une ligue militaire anti-française.

CULTIVER L'AMBIGUÏTÉ POUR SURVIVRE

Le 6 juillet 1495, l'engagement décisif a lieu à Fornoue et s'achève sur une retraite stratégique française, bien que particulièrement sanglante pour la Sainte Ligue. Pour commémorer cette « victoire » italienne, Isabelle fait bâtir à Mantoue un sanctuaire dans lequel sera placée la Madonna della ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter