Jacques, l'apôtre que Rome aimait

Jacques, l'apôtre que Rome aimait

Jacques, dit le Majeur, est l'un des premiers apôtres du Christ. Celui-ci l'appelle alors qu'il arrange ses filets de pêche avec son père, Zébédée, et son frère Jean. Jacques fait partie des trois disciples que le Christ choisit d'emmener sur le mont Thabor lors de la Transfiguration [les apôtres voient le Christ en gloire entouré de Moïse et d'Élie] et il est présent au bord du lac de Tibériade lorsque le Ressuscité apparaît. Les Actes des Apôtres (12, 2) attribuent sa mort au roi Hérode : « Il fit périr par le glaive Jacques, frère de Jean. »

Après un prologue, le début du chapitre écrit par Jacques de Voragine peut surprendre, puisqu'il s'ouvre sur un échec, celui de sa prédication en Espagne. Constatant son manque d'efficacité - un seul homme aurait été converti -, Jacques choisit de retourner en Judée, ne laissant sur place que deux disciples. Cette précision initiale est révélatrice des querelles entre les provinces espagnoles, qui soutenaient l'idée d' ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

En kiosque


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter