Jean Belin, SUR LES TRACES DE LANDRU

Jean Belin, SUR LES TRACES DE LANDRU

Dans l'indifférence de sa hiérarchie, l'inspecteur recherche deux femmes disparues. Une opiniâtreté récompensée par la capture d'un séducteur de pacotille, vrai tueur en série.

Assassin hors norme, Landru figure dans Le Petit Larousse ; mais qui se souvient du policier qui l'arrêta, Jean Belin ? Ce Bourguignon avait la vocation. Titulaire du baccalauréat, à une époque où ce diplôme est difficile à obtenir, il aurait pu songer à un poste administratif rémunérateur et tranquille, mais il rêve de traques et d'aventures. Il monte donc à Paris pour entrer dans la police ; malheureusement, sa haute taille déplaît, et Belin doit se contenter de passer le concours des secrétaires de commissariat : il joue les « chiens de commissaire », effectuant tout le travail bureaucratique et routinier sans jamais courser un malfaiteur. C'est donc avec soulagement qu'il apprend, en 1912, que les « brigades du Tigre » recrutent : il pose sa candidature et deviendra l'un des « mobilards » les plus doués.

Le 5 avril 1919, le procureur de la République de Mantes fait commissionner la 1re brigade mobile de Paris « aux fins de faire procéder à une enquête sur la disparition m ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter