KEN FOLLETT « Ce que j'aime avant tout, c'est le drame »

KEN FOLLETT « Ce que j'aime avant tout, c'est le drame »

Dernier volet de la trilogie Le Siècle, « Aux portes de l'éternité » clôt la fresque que l'écrivain britannique a consacrée au XXe siècle. Une oeuvre magistrale foisonnant de détails historiques. Rencontre avec un subtil artisan du best-seller.

Historia - « Aux portes de l'éternité ». Comment faut-il entendre ce titre mystérieux ?

Ken Follett - Il évoque la période des années 1950 à 1970, où nous avons été confrontés au risque d'un conflit nucléaire qui aurait pu anéantir l'humanité. Aujourd'hui, la menace nucléaire semble écartée. Même si les crises se multiplient, la possibilité d'une troisième guerre mondiale me semble peu probable. Je suis d'une nature optimiste !

H - Les hommes sont-ils donc devenus plus intelligents ?

K. F. - Je ne le pense pas, mais l'humanité a fait beaucoup de progrès. Nous parvenons à vivre ensemble avec moins de violence. Le Moyen Âge, période sur laquelle j'ai abondamment écrit, était bien plus violent.

H - Est-il plus difficile de traiter l'histoire ancienne ou la période contemporaine ?

K. F. - Quand j'aborde le Moyen Âge, je me permets d'inventer. Sur l'his ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter