L'« etat català » face au bastion anarchiste

L'« etat català » face au bastion anarchiste

Le mouvement ouvrier se démarque par son fort accent collectiviste. Et ce credo : le rejet de l'idée d'État.

Dans un texte du 26 octobre 2017, la Confédération nationale du travail (CNT), ce syndicat anarchiste créé en 1910, condamna l'application inédite de l'article 155 de la Constitution, la détention provisoire de dirigeants catalans, et le projet indépendantiste de créer un nouvel État, donc de nouvelles frontières. Rejeter ainsi le gouvernement espagnol et le nationalisme catalan montre combien la CNT est restée fidèle à ses principes fondateurs.

Car la CNT naît contre l'alliance, en 1907, de plusieurs partis catalanistes en une Solidarité catalane, un rassemblement « bourgeois » à ses yeux. Ce rejet du catalanisme sera durable. La CNT réunit l'anarchisme et le syndicalisme révolutionnaire avec deux singularités : d'une part, c'est un mouvement anarchiste urbain, et non rural, comme en Russie ou en Italie. D'autre part, le mouvement ouvrier espagnol, et donc catalan, mène jusqu'au début du XXe siècle des actions violentes et locales disparues au milieu du sièc ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter