L'église Notre-Dame, la madone de l'Aquitaine

L'église Notre-Dame, la madone de l'Aquitaine

La Contre-Réforme et un déménagement offrent aux sévères dominicains un lieu de culte inattendu, marqué par le baroque romain...

La cité bordelaise regorge de surprises. Avec un peu de chance, si l'on se promène dans le lacis des rues entre les Quinconces et le Grand Théâtre, on tombe sur la petite place du Chapelet, où l'église Notre-Dame se tient tapie comme un gros chat. Massive, douce et ronde, la madone au teint d'ocre ouvre grands ses bras pour accueillir le peuple en son sein. Sa façade est un chef-d'oeuvre de l'art baroque comme on en trouve peu en France. Un faste de sculptures et de colonnades s'étale sur deux niveaux séparés d'une frise de rinceaux. Trois portes rectangulaires - évoquant la Trinité - encadrent un assortiment de statues et de bas-reliefs. L'étage supérieur, plus étroit, est percé en son centre et agrémenté de médaillons représentant les papes et évêques dominicains. Dans une multitude de détails propre au style baroque, les formes semblent parfois s'opposer : volumes arrondis et surfaces planes, spirales et frontons triangulaires. On a souvent comparé Notre-Dame de Bordeaux à l'égli ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter