LA CHATTE DANS LES GRIFFES DE L'AIGLE NAZI

LA CHATTE DANS LES GRIFFES DE L'AIGLE NAZI

La trajectoire de Mathilde Carré, résistante de la première heure retournée par les Allemands, s'éclaire d'un jour nouveau grâce à des documents récemment étudiés.

Petite (elle mesure un mètre cinquante), mince, les cheveux brun foncé, le visage ovale, les yeux gris-vert, le nez retroussé... Les premières lignes du rapport des services britanniques consacré en juillet 1942 à « l'affaire Victoire » esquissent le portrait de cette figure noire de la Seconde Guerre mondiale, comme pour tenter de la cerner. Ils viennent de tendre un piège et de jeter en prison cette femme de 34 ans responsable de l'arrestation un an auparavant de nombreux résistants membres du très efficace réseau de renseignements Interallié, auquel elle appartenait.

Sur la base de ses propres récits et de témoignages circonstanciés d'autres membres du réseau, les services secrets britanniques rédigent un long rapport d'une soixantaine de pages qui détaille le parcours ahurissant de cette agente double considérée en son temps comme la principale espionne du conflit : Mathilde Carré - nom de code : Victoire, alias « la Chatte ». Sur l'ensemble des éléments variés qui compo ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter