LA CHAUVE-SOURIS

LA CHAUVE-SOURIS

Un oiseau sans plumes. Un rat avec des ailes. Le chiroptère mal-aimé sort carrément de l'ordinaire. Et ce n'est pas là le moindre de ses torts...

À en croire les sources antiques et médiévales, la chauve-souris cumulait presque tous les défauts de la Création. Elle est d'abord inclassable - une grande tare pour les mentalités d'alors : ses ailes et son vol l'apparentent aux oiseaux, mais l'absence de plumes et de bec l'en distingue et en fait un oiseau extraordinaire, ce qui n'est pas nécessairement une qualité. Son masque simiesque l'assimile au singe, imitation démoniaque et ridicule de la plus belle création de Dieu : l'homme. Un autre tort est de vivre la nuit, ce qui, selon les bestiaires, la rapproche symboliquement du diable, mais aussi du peuple juif, qui a choisi de rester dans la nuit de l'ignorance.

Cette place de choix dans le bestiaire du diable ne l'écarte pourtant pas totalement de l'iconographie médiévale, et les chiroptères se retrouvent parfois dans les marges des pages enluminées des manuscrits, les ornements sculptés des chapiteaux des églises, où ils se contentent souvent d'évoquer la nuit. Ce son ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

Toujours en kiosque


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter