L'HISTOIRE DU CHRISTIANISME

L'HISTOIRE DU CHRISTIANISME

Face au prosélytisme musulman et à la déchristianisation massive de nos sociétés, les fascicules et autres livrets se multiplient chez nos marchands de journaux pour enseigner les rudiments de l'histoire du christianisme. Le plus souvent des vulgates de facture sulpicienne où de saints prélats grimés en santons baignent dans le même encens, récitent en choeur le même Credo de Nicée et sacrifient de concert à des rites qu'on croirait calibrés par le Petit Jésus lui-même tant ils inspirent un immémorial respect. J'exagère bien entendu, mais il y a quelque chose de salafiste dans cette stérilisation lénifiante de la « vulcanologie » judéo-chrétienne, où les héroïsmes et les dissidences succèdent si violemment aux trahisons, où la ferveur mystique côtoie la tentation apocalyptique, où c'est l'apôtre Paul, qui n'a jamais connu le Christ mais combattu ses fidèles les armes à la main, qui invente de toutes pièces l'institution monothéiste universelle. Une dinguerie, insistait l'intéressé : « Un scandale pour les Juifs et une folie pour les païens. » C'est d'ailleurs un empereur hérétique - un arien - sacrifiant en outre au « dieu Soleil », Constantin, qui fondera les bases de la religion d'État universelle. De ces empoignades où la cité céleste rêvée par saint Augustin tourne souvent au vinaigre, il ne reste pas grand-chose dans les catéchismes historiques du XXIe siècle. Alors, revenez dans la mêlée. Jetez un oeil au livre récent, décapant et fort sombre, du médiéviste Philippe Duc Guerre sainte, martyre et terreur (Gallimard) sur la théologie chrétienne. Reprenez l'excellentissime chapitre du Royaume (2014), d'Emmanuel Carrère, consacré à saint Paul. L'« Avorton de Dieu » semble, sous la plume du romancier, un télévangéliste d'aujourd'hui juché sur un diable à la sortie de Franprix. Pasolini avait d'ailleurs écrit un scénario de film dans lequel saint Paul, récitant ses propres paroles d'évangile, venait recasser les pieds du monde ! Celui de 1968 ! Un saint Paul à Paris et à New York ! Un saint Paul qui a toujours fasciné Alain Badiou, le plus radical de nos philosophes vivants parce que, de la pâte de verbe, de mots et d'idées, il avait su mettre bas un monde à sa main. Un christianisme saignant et explosif où les santons n'ont pas la vie longue. Un christianisme pour de vrai.

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter