Bataille du Hamel. 4 juillet 1918

Bataille du Hamel. 4 juillet 1918

Retrouvez chaque mois dans Historia, dans la rubrique Memento, le billet de Benjamin Brillaud, alias Nota Bene, vidéaste n° 1 des chaînes d’histoire sur le Web. Ce mois-ci, il nous raconte avec sa verve habituelle l'une des attaques tactiques les plus célèbres de l'histoire militaire, menée dans la Somme par le général Monash.

Quand on pense à la Grande Guerre, la première chose qui vient à l’esprit n’est pas la subtilité des tactiques de combat. Et pourtant, le conflit verra le développement de tactiques de guerre absolument révolutionnaires comme lors de la bataille du Hamel. Sir John Monash qui dirige les troupes britanniques, australiennes et américaines tient à coordonner toutes ses forces là où auparavant on se contentait souvent de foncer dans le tas en croisant les doigts. Il fait peindre ses chars qui transportent munitions et médicaments de différentes couleurs pour que les unités d’infanteries se repèrent mieux sur le champ de bataille et planifie également le largage de matériel par avion directement sur le terrain d’opération. Pendant des semaines, il bombarde les positions allemandes avec des obus au gaz. La routine s’installe chez ces derniers et chaque coup de canon les oblige à courir vers leurs masques pour se protéger, réduisant de fait leur visibilité. Le 4 juillet 1918, à 3 heures du matin, John Monash bombarde les positions allemandes avec… des fumigènes. Croyant à du gaz, les soldats ennemis enfilent leurs masques, tandis que les forces de Monash se ruent sur eux, leurs bruits couverts par les détonations des bombes. La surprise est totale et l’infanterie britannique qui n’a pas besoin de porter de masque encombrant, file comme l’éclair. En 93 minutes, les alliés atteignent tous leurs objectifs là où une bataille pouvait durer des jours ou des semaines. Un coup de poker incroyable qui préfigure la guerre moderne telle qu’elle existe encore aujourd’hui.

En kiosque

En kiosque

Gilets jaunes - Ce que dit l'Histoire

► Les Gilets jaunes, Marat et Finkielkraut

Alain Finkielkraut, suite à son agression antisémite, fait référence à la Terreur et à Marat. Le point avec l'historien de la révolution, Olivier Coquard.

► Gilets jaunes. De la Bastille à l'Élysée

Pour Emmanuel de Waesquiel, les Gilets jaunes ne sont que les très lointains descendants du peuple parisien de juillet 1789.

►Gilets jaunes. La liberté de manifester au coeur du débat

La Constitution traite du droit de manfiester de manière indirecte

► Gilets jaunes. Histoire du maintien de l'ordre à la française

L'historien et grand reporter Matthieu Frachon retrace l'évolution des techniques de maintien de l'ordre public

► Avant le grand débat. Les cahiers de doléances remontent au Moyen Âge

Le principe des consultations publiques, avec la volonté de maintenir la paix sociale, date du Moyen Âge.

► À l'origine des gilets jaunes. Les bagaudes

Selon Guillaume Malaurie, ce mouvement rappelle les révoltes des "bagaudes" à l'époque du déclin de l’Empire romain d’Occident.

Cahiers de doléances, les risques d'un référendum sans question

Les cahiers de doléances sont souvent confisqués par une minorité citadine

► Cahiers de doléances. Comment sont nés les maires ?

Les explications de Jean Tulard

► Les Gilets jaunes et la fin de la République romaine

une analyse exclusive de l'historien belge David Engels

► Avant les Gilets jaunes. Quand la rage populaire faisait l'Histoire

avec Guillaume Malaurie, Eric Pincas, Olivier Coquard, Pierre Schoeller

► « C'est une révolte ? - Non, Sire, c'est une révolution »

Olivier Coquard et le Duc de La Rochefoucauld-Liancourt


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter