La France a-t-elle été collaborationniste ?

La France a-t-elle été collaborationniste ?

L'État, la police, la culture, l'économie... toute la société française a été touchée. Reste à déterminer à quel point...

Emmanuel Thiébot

« De l'ordre de 5 à 10 % seulement des Français se sont laissés séduire par les sirènes nazies. C'est peu, mais honteux. »

«Collabo » ! Les décennies passent, le terme garde son opprobre. A priori, la France de 1940 n'a aucune raison d'être « collabo ». En 1871, l'Allemagne lui a volé l'Alsace et la Lorraine. En 1914, elle a déclenché un conflit qui a coûté un million quatre cent mille morts allemands. Et voici qu'en 1940, après avoir infligé à l'armée française la plus sévère défaite de son histoire, le Reich occupe une large fraction du territoire hexagonal et garde prisonniers près de deux millions de nos compatriotes. La France, État républicain, ne peut que rejeter une dictature s'appuyant sur des principes odieux. Pourtant, quelques adeptes du nazisme existent, militants des partis fascisants : Bucard, Doriot, Déat ou Deloncle. Dans l'atmosphère d'une France vaincue, Philippe Pétain rencontre ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter