LA LOUTRE

LA LOUTRE

Ce grand amateur de poissons n'hésite pas à semer la zizanie dans les exploitations piscicoles. Insaisissable, il se joue des tentatives de destruction. Jusqu'à l'anthropisation galopante du XXe siècle.

La loutre d'Europe (Lutra lutra) s'est bâti depuis longtemps une réputation détestable auprès des hommes, liée à son état de carnivore. Son goût pour les poissons, son extrême agilité, tant sur les berges que dans l'eau, son efficacité prédatrice en font une concurrente redoutée. D'autant plus quand les hommes prennent la peine de rassembler dans une pièce d'eau resserrée une abondante ressource piscicole : la loutre trouve là un garde-manger exceptionnel ! Ainsi, depuis au moins le Moyen Âge, la loutre est-elle considérée comme un concurrent à éliminer. L'écrivain Maurice Genevoix en témoigne dans Raboliot (1925), où il fait dire à Tancogne, fermier général : « Quelle vermine aussi, les loutres, quelle sale graine de dévorants ! Pire que les renards, en un sens ; pire que les bracos à deux pattes ! » Il faut comprendre que l'action se déroule en Sologne, terre d'étangs piscicoles... Néanmoins, la loutre sait également être utile aux hommes... mais une fois morte, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter