La prise de caen

La prise de caen

La capitale normande est un objectif majeur qui doit être pris rapidement. Véritable noeud de communication, elle est la clé des opérations vers la Seine, autrement dit vers Paris. Il faut finalement six semaines et pas moins de quatre offensives pour que les Alliés enlèvent la place à l'ennemi.

Psychologiquement, la présence allemande à Caen démontre la faiblesse de la tête de pont alliée sur le continent. La prise de la ville est donc impérative. Elle doit permettre aux Alliés d'accéder à la plaine, favorable aux déploiements d'engins blindés et à la construction d'aérodromes. Surtout, elle consoliderait la position alliée, qui reste à la merci d'une poussée des blindés allemands.

La chute de Cherbourg correspond à la fin de la première phase du débarquement. Pour la suivante, Eisenhower doit choisir : diriger l'attaque vers l'est, vers les ports de la Seine, ou mener l'offensive au sud, vers les ports bretons. Le plan retenu prévoit que les Américains attaquent vers la Bretagne, tandis que les Britanniques couvrent ces opérations en s'enfonçant dans Caen, puis à terme, vers la Seine. A l'exception de la plaine de Caen, le champ de bataille impose des limites aux Alliés. En effet, le bocage gomme leur supériorité matérielle et favorise la défense allemande.

...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

Gilets jaunes - Ce que dit l'Histoire

► Les Gilets jaunes, Marat et Finkielkraut

Alain Finkielkraut, suite à son agression antisémite, fait référence à la Terreur et à Marat. Le point avec l'historien de la révolution, Olivier Coquard.

► Gilets jaunes. De la Bastille à l'Élysée

Pour Emmanuel de Waesquiel, les Gilets jaunes ne sont que les très lointains descendants du peuple parisien de juillet 1789.

►Gilets jaunes. La liberté de manifester au coeur du débat

La Constitution traite du droit de manfiester de manière indirecte

► Gilets jaunes. Histoire du maintien de l'ordre à la française

L'historien et grand reporter Matthieu Frachon retrace l'évolution des techniques de maintien de l'ordre public

► Avant le grand débat. Les cahiers de doléances remontent au Moyen Âge

Le principe des consultations publiques, avec la volonté de maintenir la paix sociale, date du Moyen Âge.

► À l'origine des gilets jaunes. Les bagaudes

Selon Guillaume Malaurie, ce mouvement rappelle les révoltes des "bagaudes" à l'époque du déclin de l’Empire romain d’Occident.

Cahiers de doléances, les risques d'un référendum sans question

Les cahiers de doléances sont souvent confisqués par une minorité citadine

► Cahiers de doléances. Comment sont nés les maires ?

Les explications de Jean Tulard

► Les Gilets jaunes et la fin de la République romaine

une analyse exclusive de l'historien belge David Engels

► Avant les Gilets jaunes. Quand la rage populaire faisait l'Histoire

avec Guillaume Malaurie, Eric Pincas, Olivier Coquard, Pierre Schoeller

► « C'est une révolte ? - Non, Sire, c'est une révolution »

Olivier Coquard et le Duc de La Rochefoucauld-Liancourt


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter