La promesse d'un sacre

La promesse d'un sacre

L'HISTOIRE

Le 8 novembre 1226, Louis VIII décède prématurément. Il laisse un héritier de 12 ans, Louis, et confie la régence à son épouse, Blanche de Castille. Situation inédite depuis 1060, qui inquiète le roi mourant. La jeunesse de son fils, qui ne peut diriger, offre aux princes l'occasion de mettre en question le bien-fondé du gouvernement, d'autant qu'il est aux mains d'une femme venue d'Espagne, et de privilégier leurs intérêts. Quelle solution s'offre au roi ? Asseoir au plus vite la légitimité de son successeur en le faisant reconnaître, aussi largement que possible, par les élites laïques et ecclésiastiques.

C'est cette tentative qu'illustre cette lettre adressée, sans doute peu après la mort du souverain, à l'archevêque de Rouen et ses suffragants par cinq ecclésiastiques et sept laïques : l'influent Gauthier Cornut, archevêque de Sens, des évêques de Bourges, Beauvais, Noyon et Chartres, de Philippe Hurep ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter