LA SOURIS

LA SOURIS

Ce petit muridé fait la joie des enfants, qui lui confient leurs dents de lait dans l'espoir d'obtenir une récompense. Dans des temps plus anciens, une telle complicité était pourtant inimaginable...

«La petite souris entre dans la bouche du roi et lui grignote la langue, les lèvres, les joues. L'on entre, on le voit épouvantable, qui ne pouvait presque plus parler, tant il avait mal à la langue ; il fit signe que c'était une souris ; on cherche dans la paillasse, dans le chevet, dans les petits coins, elle n'y était déjà plus. » Ce récit traduit la pire peur des hommes face aux rongeurs, celle d'être dévoré vivant. Ne pendait-on pas les bébés langés à un clou dans les campagnes pour les protéger des rongeurs ? En l'occurrence, plutôt des gros rats belliqueux que des souris.

TROIS POIS À CHAQUE REPAS

Mais qui croirait que la mignonne petite souris de notre enfance est issue du terrible rongeur décrit par la baronne d'Aulnoy au XVIIe siècle ? Dans le conte La Bonne Petite Souris, une fée se transforme ainsi pour aider une pauvre reine rejetée par son roi. Enfermée au fond d'un cachot, elle n'a rien à manger, sinon trois pois à chaque repas. ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter