La vérité sur Le Radeau de la Méduse

La vérité sur Le Radeau de la Méduse

Derrière le tragique fait divers de juillet 1816, le chef-d'oeuvre de Géricault dénonce la conduite du pays, mené au naufrage par les ultraroyalistes. Plus récemment, on y a également vu un hymne à l'égalité.

Juillet 1816, la frégate Méduse fait naufrage au large des côtes mauritaniennes. 147 passagers sont alors livrés à eux-mêmes sur un radeau de fortune. Au terme de treize jours de dérive, ils ne sont plus que 15 rescapés lors de leur sauvetage. Ce n'est donc pas une légende que peint Géricault (1791-1824) dans son chef-d'oeuvre Le Radeau de la Méduse, mais une tragédie réelle dont il fait une allégorie politique d'une audace folle, bien perçue par l'historien Michelet, qui écrit en 1848 : « C'est la France, c'est notre société tout entière qu'il embarque sur ce radeau de la Méduse . »

Scène de naufrage. Le titre figurant sur le livret officiel du Salon de peinture et de sculpture de 1819 est elliptique. Le jeune peintre de 28 ans Théodore Géricault a accepté que le véritable titre n'apparaisse pas afin que son tableau soit agréé par le jury de l'Académie des beaux-arts. Il ne peut être envisageable pour les organisateurs de cet événement in ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter