L'affaire Tartuffe. Un thriller politique où pouvoir, religion et art s'entremêlent

L'affaire Tartuffe. Un thriller politique où pouvoir, religion et art s'entremêlent

Août 1664 : coup de bluff de Molière avec le légat du pape

Molière remue ciel et terre pour obtenir gain de cause. Apprenant que le cardinal Flavio Chigi - légat et neveu du pape Alexandre VII - est de passage à Paris, en août 1664, il veut à tout prix le rencontrer. Son objectif est de lui lire la pièce pour montrer qu'il ne se moque pas de la piété religieuse, mais des faux dévots. Et qu'en conséquence le saint-père peut autoriser sa représentation. Légèrement souffrant, celui-ci n'est pas en mesure de recevoir Molière. Contre toute attente, plutôt que de dire la vérité à Louis XIV en lui signalant qu'il n'a pas pu rencontrer le légat, le comédien courtisan laisse entendre au roi, le lendemain de l'entrevue ratée avec le légat du pape, que celui-ci est dans de bonnes dispositions envers son Tartuffe .

Ce premier mensonge au roi montre jusqu'où est capable d'aller l'artiste pour défendre sa liberté d'expression. L'interdiction n'en demeure pa ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter