Le « protocole » secret de l'affaire de Suez

Le « protocole » secret de l'affaire de Suez

En 1956, toutes les précautions sont prises pour dissimuler la collusion clandestine entre Français, Britanniques et Israéliens contre l'Égypte. Jusqu'à ce que notre auteur se voie remettre un document explosif...

Dans ses grandes lignes, l'affaire de Suez est connue : la nationalisation du canal le 26 juillet 1956 par le président égyptien, Nasser ; la réaction des Français et des Britanniques ; la préparation d'une intervention armée ; l'attaque israélienne sur le Sinaï ; l'opération militaire franco-britannique ; les pressions américaines et soviétiques... Le 6 novembre, tout est stoppé. À la victoire des coalisés succède une déroute politique. Tout cela est établi.

On connaît les motivations principales : faire respecter le droit international, sauvegarder les intérêts de la France et de la Grande-Bretagne, liées depuis 1869 au canal, voire renverser Nasser, à la fois parce qu'il est un dictateur, que ses liens avec le bloc communiste se resserrent depuis plusieurs mois et qu'il est un fidèle soutien des indépendantistes algériens. Mais d'autres raisons doivent être mises en avant, au moins pour la France : protéger Israël. C'est là que se situe le grand secret de l'affaire de Suez ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter