Le chaud et froid de Pétain !

Le chaud et froid de Pétain !

À Verdun, les Allemands attaquent. Pendant ce temps, le général monte à l'assaut d'une belle. Au risque d'y laisser sa santé...

Hiver 1915-1916. Après une dure année de bataille, et dans l'attente d'une nouvelle affectation, les officiers de la 2e armée goûtent un repos mérité à Noailles, petite ville du département de l'Oise. « Une vie exquise », écrit Bernard Serrigny, officier d'état-major de Philippe Pétain, commandant en chef de la 2e armée. Promenades à cheval, randonnées en automobile, virées dans la capitale... La soirée du jeudi 24 février 1916 s'étire calmement. Mais, à 22 heures, un télégramme provenant du grand quartier général rompt brutalement cette torpeur.

Joffre, commandant en chef des armées françaises, ordonne au général Pétain et à son état-major de le rejoindre à Chantilly le lendemain matin, à 8 heures précises. Sauf que le principal intéressé, Pétain, n'est pas à Noailles mais à Paris et qu'il n'a confié à personne où il comptait passer la nuit. Tout juste sait-on qu'il reviendra pour le déjeuner. Or, les nouvelles du front sont catastrophiques ! Pilonnée par l' ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter