Le chevalier, le prêtre... et l'amour

Le chevalier, le prêtre... et l'amour

Dans L'Amour et l'Occident (1939), Denis de Rougemont commence son exposé par une évocation de Tristan et Yseut qui étaye son idée directrice : l'amour passion est né en Occident au XIIe siècle, le marquant définitivement. Un contexte bien particulier, celui du Moyen Âge occidental, aurait permis l'éclosion de cet éros : les élites souhaitent se libérer du carcan de l'Église, qui est en train de prendre la main sur les normes du mariage et la morale sexuelle.

Georges Duby reprend en grande partie cette proposition lorsqu'il définit l'amour courtois. Mais il y ajoute une dimension politique : l'amant sert son seigneur lorsqu'il chante son amour pour la dame. Il est vrai que l'amour courtois est souvent chaste. Mais ce n'est pas le cas de celui de Tristan et d'Yseut, qui est une expression de la passion destructrice. Elle achève et dépasse l'idéal courtois. Il s'agit, au fond, de se libérer du corps, qui est détruit lorsqu'un être met toutes ses forces dans la ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

En kiosque


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter