LE COCHON

LE COCHON

Domestiqué il y a plus de dix mille ans au Moyen-Orient, le suidé s'épanouit en Occident dès l'Antiquité. Il y prend ses aises, sous l'oeil réprobateur de l'Église, jusqu'à déambuler presque librement en ville au Moyen Âge. Avant de subir, au XIXe siècle, un grand relookage.

Porc, pourceau ou goret, autant d'insultes dans la langue française ! Victime de cet acharnement, le cochon accompagne pourtant l'homme depuis plus de dix millénaires. Sa première domestication se déroule au Moyen-Orient, l'endroit où, paradoxalement, il est le moins présent aujourd'hui. Attesté dès l'Antiquité, ce rejet semble lié à la recherche d'animaux de sacrifice les plus « propres » possible pour satisfaire le divin. L'apparence du cochon et ses moeurs alimentaires jouèrent contre lui. Comme la consommation de viande résultait de la célébration des cultes, la charcuterie devint à son tour suspecte, avant d'être proscrite ; cet interdit alimentaire se maintient aujourd'hui dans le judaïsme et dans la plupart des confessions musulmanes.

DES MURS POUR PROTÉGER LES MORTS

Par contraste, les dieux européens ne semblent jamais avoir été rebutés par les porcins. Dans les religions méditerranéennes, une truie noire se voit souvent offerte aux divinités ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter