Il y a tout juste 170 ans naissait le premier timbre français

Il y a tout juste 170 ans naissait le premier timbre français

En partenariat avec la C.N.E.P, la Chambre syndicale française des Négociants et Experts en Philatélie, découvrez des pièces philatéliques chargées d’Histoire. Ce mois-ci, le tout premier timbre français, le “Cérès 20 centimes noir”, qui fête cette année ses 170 ans.

Visuels : le “Cérès 20 centimes noir” et un Bloc de 20 timbres. Prix 17,60 €, tirage 90 000 exemplaires. En vente au 40e Salon philatélique de Printemps - 6e Biennale philatélique de Paris. Du jeudi 14 au samedi 16 mars. Espace Champerret, Hall C, Paris 17e.

La France est-elle à la traîne de la Grande-Bretagne ? Pour ce qui est de la philatélie, il est permis de répondre “oui” ! L’administration française met en effet près de dix ans à suivre l’exemple des Britanniques qui, dès le 1er mai 1840, émettent le premier timbre-poste au monde, le célèbre “Black Penny”, à l’effigie de la reine Victoria. En France, ce n’est que le 1er janvier 1849 que le timbre-poste fait son apparition. Il est de couleur noire, comme son grand frère britannique, mais, régime politique oblige, il porte l’effigie d’une République qui, pour la circonstance, a pris les traits de Cérès, déesse des moissons.

Le premier timbre poste français passe tout d'abord inaperçu

L’événement, malheureusement, ne fait pas la une de l’actualité. La IIe République, en effet, connaît alors une grave crise, et les journalistes ont d’autres sujets à traiter que les réformes postales. Le “20 centimes noir” passe donc relativement inaperçu. Par ailleurs, une fois avisés, les Français jugent l’initiative de la Poste de la dernière inconvenance. Selon les règles de courtoisie de l’époque, il revient en effet non pas à l’expéditeur, mais au destinataire, d’acquitter l’affranchissement… Utiliser un timbre revient donc à suggérer que l’on estime ce dernier incapable de payer !

Dans ce contexte, il n’est pas exagéré de dire que le timbre-poste connaît en France un démarrage en douceur. Fin 1849, ce ne sont que 10 % des lettres qui sont expédiées avec un timbre et il faut attendre 1859 pour que la proportion s’inverse, avec 85 % de lettres affranchies. Quant au “20 centimes noir”, il disparaît des bureaux bien avant cette date, en octobre 1850. Pourquoi si tôt ? Tout simplement parce que la Poste s’est avisée que des petits malins réutilisaient des exemplaires ayant déjà servi, la couleur noire du timbre rendant peu visibles les oblitérations.

Le "20 centimes noir" est devenu un timbre mythique

Aujourd’hui, le “20 centimes noir” fait partie des timbres mythiques de France. Si un exemplaire oblitéré se négocie à un prix accessible, certaines pièces s’arrachent en revanche à plus de 10 000 euros. Citons notamment certaines lettres avec cachet à date du tout premier jour d’émission ou encore les paires avec un exemplaire renversé tenant à normal (ou “paires tête-bêche”). Cet engouement n’a pas échappé à la Poste qui, pour célébrer les 170 ans du “20 centimes noir”, effectuera, à l’occasion du prochain Salon philatélique de Printemps*, plusieurs émissions commémoratives exceptionnelles. Il n’est pas impossible qu’elles aussi deviennent un jour de grandes raretés...
Vincent Béghin

*40e Salon philatélique de Printemps - 6e Biennale philatélique de Paris. Du jeudi 14 au samedi 16 mars. Espace Champerret, Hall C, Paris 17e. De 10h à 18 h, sauf le samedi jusqu’à 17h. Entrée gratuite.
►En savoir plus

En partenariat avec la

En kiosque

En kiosque

Gilets jaunes - Ce que dit l'Histoire

► Les Gilets jaunes, Marat et Finkielkraut

Alain Finkielkraut, suite à son agression antisémite, fait référence à la Terreur et à Marat. Le point avec l'historien de la révolution, Olivier Coquard.

► Gilets jaunes. De la Bastille à l'Élysée

Pour Emmanuel de Waesquiel, les Gilets jaunes ne sont que les très lointains descendants du peuple parisien de juillet 1789.

►Gilets jaunes. La liberté de manifester au coeur du débat

La Constitution traite du droit de manfiester de manière indirecte

► Gilets jaunes. Histoire du maintien de l'ordre à la française

L'historien et grand reporter Matthieu Frachon retrace l'évolution des techniques de maintien de l'ordre public

► Avant le grand débat. Les cahiers de doléances remontent au Moyen Âge

Le principe des consultations publiques, avec la volonté de maintenir la paix sociale, date du Moyen Âge.

► À l'origine des gilets jaunes. Les bagaudes

Selon Guillaume Malaurie, ce mouvement rappelle les révoltes des "bagaudes" à l'époque du déclin de l’Empire romain d’Occident.

Cahiers de doléances, les risques d'un référendum sans question

Les cahiers de doléances sont souvent confisqués par une minorité citadine

► Cahiers de doléances. Comment sont nés les maires ?

Les explications de Jean Tulard

► Les Gilets jaunes et la fin de la République romaine

une analyse exclusive de l'historien belge David Engels

► Avant les Gilets jaunes. Quand la rage populaire faisait l'Histoire

avec Guillaume Malaurie, Eric Pincas, Olivier Coquard, Pierre Schoeller

► « C'est une révolte ? - Non, Sire, c'est une révolution »

Olivier Coquard et le Duc de La Rochefoucauld-Liancourt


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter