LE CONSENTEMENT, PARENT PAUVRE DE NOTRE LIBERTÉ

LE CONSENTEMENT, PARENT PAUVRE DE NOTRE LIBERTÉ

Revenons en arrière. Il y a seulement quelques mois, on pouvait parler à tout son entourage du cambriolage dont on avait été victime, mais pas d'un harcèlement que l'on aurait subi, sous peine de se voir écrasée sous une chape de suspicion et de culpabilité. Mais récemment, une petite révolution a pointé le bout de son nez, une de celles qui, sans en avoir l'air, renverse notre société occidentale et ses schémas de pensée. Cette révolution est arrivée petit à petit, avec un éveil des consciences par soubresauts, des marches arrière et des défaites. Aujourd'hui, il nous paraît évident de dire l'insupportable, de parler, de dénoncer, de faire reconnaître son statut de victime sans craindre de subir de stigmatisation.

Hourra ! Le CONSENTEMENT est enfin au coeur du sujet. Lui, le mal-compris, l'oublié, celui qui jusqu'ici n'était que le parent pauvre de notre prétendue liberté, se voit rétabli au rang de modérateur des rapports humains. Il semblerait que nos codes sociétaux aient ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter