LE CORTÈGE DES DAMES EN NOIR

LE CORTÈGE DES DAMES EN NOIR

Difficile de tomber le voile une fois qu'on l'a porté. Quant à celles qui parviennent à refaire leur vie, elles sont stigmatisées par les pères la morale.

« Un nombre incroyable de femmes en noir. » C'est ce que remarque le journaliste américain Ring Lardner lorsqu'il débarque en France en 1917. Le nombre de veuves s'élève à 600 000 et, pour elles, le deuil est très codifié dans la forme comme dans le temps : voile, voilette, gants, costume de grand deuil puis de demi-deuil, etc. Mais toutes ces traditions volent en éclats, car il faut bien continuer à travailler, et les rites semblent pulvérisés par la massification de la mort comme par l'absence de corps, qui empêche les cérémonies. Ces veuves font partie du paysage de l'après-guerre, elles colorent de noir les villes et les villages, mais sur leur histoire, au fond, on sait peu de chose. ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter